Le seul étalon photométrique constant est le Violle : c’est l’intensité, dans une direction normale, d’un centimètre carré de la surface d’un bain de platine à la température de fusion. Cet étalon a été adopté comme unité absolue par la conférence internationale de 1884 ; il est trop grand pour la pratique, c’est pourquoi le Congrès des Électriciens réuni en 1889 a recommandé comme unité courante la bougie décimale, qui vaut un vingtième de Violle.
Dans la pratique, on utilise divers étalons dont l’intensité est plus ou moins variable. Ce sont : En France, la bougie, intensité fournie par la bougie stéarique de l’Étoile ou plus souvent le Carcel, intensité fournie par une lampe réglée de manière à brûler, par heure, 42 grammes d’huile de colza épurée . En Angleterre, la candle ou Parliamentary Standard, intensité fournie par une bougie de blanc de baleine brûlant 7,77 g par heure.
En Allemagne, le Kerzen, intensité fournie par une bougie de paraffine de 2 cm de diamètre et brûlant avec une flamme de 0,5 cm. Le Violle équivaut à 2,08 Carcels. Le Carcel équivaut à 6,5 bougies françaises, à 7,4 candles, à 7,6 Kerzen. Enfin, on emploie aussi l’étalon Hefner, intensité fournie par la flamme d’une mèche de dimensions déterminées, saturée d’acétate d’amyle. L’Hefner vaut la neuvième partie d’un Carcel.