Influence de la focale sur la diffraction

Dire que la focale compense la variation d'ouverture est une simplification bien commode. Si cela fonctionne assez bien dans la pratique et se vérifie dans les tests, la réalité théorique est légèrement différente, car si la variation de flou apporté par la variation de la focale est bien linéaire, la variation de flou apportée par la variation de l'ouverture n'est pas tout à fait linéaire et elle s'emballe un peu plus rapidement lorsque l'ouverture réelle devient très petite, ce qui est le cas dans les toutes petites focales. Toutefois, on peut accepter de la considérer comme linéaire pour les focales supérieure à 10 mm. Ce qui est le cas pour l'ensemble des objectifs pour réflex et le photographe amateur peut en toute tranquillité considérer le # de f/# comme le seul facteur à prendre en compte dans les problèmes de diffraction.

Les focales inférieures à 10 mm concernent les compacts avec capteurs de très petite taille ( par exemple : 6 x 4 mm (ou 1/2,7") et donc ne concernent pas en principe les photographes qui s'intéressent aux problèmes de diffraction. Sur ces compacts, l'effet de diffraction devient si important que souvent il ne reste que les deux plus grandes ouvertures utilisables et parfois qu'une seule ! Dans ces conditions, le fabricant préfère souvent remplacer le diaphragme par un filtre gris amovible qui simulera la perte de luminosité correspondant au second niveau de diaphragme.