.

Accueil > Technique photo > Qu’est-ce que le Format RAW ?

Qu’est-ce que le Format RAW ?

mercredi 24 février 2010

Fig. 1. Choisir de travailler en RAW, c’est choisir de contrôler pleinement la plage tonale.

Les appareils photo évolués permettent de récupérer les images soit en format JPEG qui propose une représentation optimisée et aboutie de l’image, soit en format RAW, dans une représentation plus "rustique", mais avec une plus grande flexibilité appréciée des photographes expérimentés.

Le flux du RAW au JPEG

Fig. 2. Le fichier final sous forme de JPEG donne un très bon résultat pour le grand public. Mais par la suite un tel fichier est plus difficilement éditable. Le fichier RAW en amont de ces manipulations donne une plus grande lattitude sur les manipulations d’image.

L’appareil photo va appliquer une série de traitements sur l’image entre le fichier RAW de sortie de capteur et son écriture en JPEG sur la carte mémoire. Dans l’ordre, on a d’abord le dématriçage, puis une série de manipulation pour obtenir un beau JPEG : lissage, saturation, courbe de contraste, redressement géométrique, etc. Puis le passage de la distribution linéaire à une distribution standard grâce à la correction gamma. L’image JPEG obtenue est généralement de très bonne qualité, mais peu modifiable en post-traitement car quantifiée sur seulement 256 niveaux, et surtout fortement expansée par la correction gamma.

Des données sans couleurs

Le capteur va collecter les informations couleur grâce des filtres colorés RVB. Mais ces informations ne sont pas encore mélangées pour créer les couleurs. Elles sont récupérées telles quelles dans trois matrices correspondant aux photosites destinés au rouge, au vert et au bleu. Ces trois matrices qui ne renferment que des informations de luminosité forment ce qu’on appelle le fichier RAW. Ce fichier n’est donc pas exploitable par un logiciel tel que photoshop qui ne sait afficher que des formats RVB (ou autres formats fondés sur les mélanges).

Fig. 3. Le ficher RAW est en fait composé de trois matrices séparées. Il n’y a a donc pas de mélange, donc pas de couleur.

L’opération fondamentale que va subir le fichier RAW pour être exploitable s’appelle de dématriçage qui consiste simplement à créer les couleurs RVB par mélange et interpolation des trois matrices. Cette opération est faite dans l’appareil photo pour créer les JPEG, mais on peut aussi récupérer le fichier RAW avant ce dématriçage. Dans la pratique le dématriçage ne concerne pas le photographe et cette opération est effectuée automatiquement lorsqu’il ouvre un fichier RAW dans le convertisseur RAW. L’image ouverte dans le dérawtiseur n’est donc pas du RAW, mais du RVB.

La luminance exprimée en linéaire

Le capteur d’image numérique enregistre des impulsions électriques proportionnelles à la lumière qu’il capte. On dit que sa captation de la luminance est linéaire.

Fig. 4. le convertisseur RAW permet de faire des réglages de luminance en linéaire (gamma 1).

Les traitements que va effectuer le photographe dans le convertisseur RAW sont faits dans un mode où la luminance est linéaire ce qui apporte une qualité de traitement et une souplesse bien plus grande que dans une image standardisée. On ne peut pas conserver ces données linéaires dans les différents procédés d’affichage ou de reproduction. Il faut donc convertir l’image par une courbe de transfert appelée correction gamma. Il est important de savoir que cette courbe va violemment déformer la distribution tonale de l’image, particulièrement dans la région proche du noir. Cela veut dire qu’une fois l’image exportée du convertisseur RAW, les traitements, surtout dans les zones sombres deviendront beaucoup plus compliqués.

Travailler les images en RAW

Il y a deux acceptions différentes pour le terme RAW. D’abord on désigne par fichier RAW dans son sens originel qui signifie brut en anglais le fichier qui contient les trois couches d’information du capteur avant dématriçage. Ensuite on appelle aussi fichier RAW, par abus de langage, le fichier ouvert dans le convertisseur RAW, c’est à dire le fichier RVB après dématriçage. Par définition, ce n’est plus un fichier RAW puisqu’il est dématricé, mais dans le jargon des photographes, il exprime le fait qu’on travaille dans un convertisseur RAW.

L’image RVB telle qu’elle apparaît dans le convertisseur RAW a un aspect qui peut paraître plus plat que l’aspect du fichier JPEG correspondant puisque la batterie d’optimisations n’a pas été effectuée. Le débutant qui ouvre pour la première fois une image RAW dans un convertisseur est souvent dérouté par cette qualité non optimisée du rendu.

La lattitude de modification qu’on peut apporter sur la distribution tonale est bien plus grande que sur un JPEG. C’est là que réside tout l’intérêt du format RAW. La correction gamma est une redistribution des valeurs qui fait perdre entre une et deux zones d’exposition. C’est la disponibilité de ces zones encore présentes dans le mode linéaire (ou gamma 1) qui permet d’augmenter la latitude de retouche. Le gamma 1 permet de prendre le contrôle total sur la plage tonale de l’image. Pour en savoir plus, voir l’article sur la correction gamma du fichier RAW. L’habitude est prise chez les photographes de parler de développement pour la conversion de fichier RAW. Ce n’est bien sûr qu’une image empruntée à la photographie argentique.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?