Accueil du site > Notions de photométrie > Qu’est-ce que la brillance d’une couleur ?

Qu’est-ce que la brillance d’une couleur ?

juin 2006, par Daniel Metz

 

Aujourd’hui réservé à la définition de l’éclat d’une surface lisse en opposition à une surface mat, le mot brillance a autrefois était utilisé en colorimétrie pour définir la perception de la luminosité variable en fonction des couleurs.

La brillance est un mot qui a changé de définition au fil du temps et qui a plusieurs acceptions. ; aujourd’hui on le connaît sous le sens d’éclat (contraire de mate). Mais en colorimétrie, le terme brillance a longtemps été synonyme de luminosité. Il est aujourd’hui officiellement remplacé par Luminance.

La Commission Internationale de l’Eclairage (CIE) a dans un premier temps essayé de tenir compte que certaines couleurs comme le vert ou le jaune sont perçues plus lumineuses que d’autres en utilisant le terme Brithgness (traduit Brillance en français). Concrètement cela signifie que le jaune pur est une couleur plus brillante que le bleu pur ; en d’autre terme le jaune parait plus clair que le bleu. Cela signifie que selon la teinte, une couleur pourra à pureté et luminance identiques, paraître plus brillante.

Cette perception des couleurs est une spécificité de l’œil qu’il est très difficile de mettre mathématiquement en équation ou de reproduire avec un appareil de mesure. Elle a donc été définitivement abandonnée par la CIE en 1948. Elle sera remplacé par une notion très proche mais plus simple, mais surtout facilement quantifiable, appelée Luminance.

.

En plus de la confusion sur le sens du terme Brightness, sa traduction en français va amplifier le trouble autour de ce terme. Certains auteurs ont utilisé le terme brightness pour décrire la réponse perceptuelle (luminosité) de l’intensité lumineuse comme Murch (1987). Aujourd’hui le terme anglais brightness devrait être traduit par luminance comme le font tous les auteurs depuis Foley (1990).

Le premier qui mit en évidence la notion de brillance fut Munsell au début du 20e siècle qui attribue des saturations différentes selon les couleurs. Son Atlas dans les couleurs forment des creux et des bosses est le meilleur moyen de visualiser le concept de Brillance.

On peut aussi vérifier expérimentalement la réalité de la brillance. Lorsque on observe l’arc-en-ciel des couleurs spectrales et qu’on baisse l’intensité lumineuse, les bleus semblent prendre de plus en plus d’importance alors que les jaunes semblent au contraire se réduirent. Cette expérience est connue sous le nom d’effet Bezold-Brucke qui vient confirmer l’interférence qu’il y a entre la saturation et la luminosité pour produire la sensation de brillance.

En savoir plus sur la Brillance

54 Messages de forum

Répondre à cet article

| | Suivre la vie du site RSS 2.0 |