Le blog de la couleur

Accueil > Notions de colorimétrie > Qu’est-ce qu’une courbe de reproduction des tons ?

Qu’est-ce qu’une courbe de reproduction des tons ?

lundi 20 juin 2005

La courbe de reproduction des tons (tone mapping en anglais) caractérise la façon spécifique d’un appareil de reproduire les différents niveaux de luminosité.

La plupart des systèmes de reproduction des couleurs utilisent un nombre limité de couleurs de base afin de simplifier leur mise en œuvre. Par exemple, l’imprimerie utilise 4 couleurs primaires alors qu’un écran n’en utilise que 3. La quasi-totalité des couleurs produites par le périphérique sont des mélanges d’un certain pourcentage de ces primaires. Par exemple, un bleu s’exprimera comme étant 50 % du bleu primaire. Ce sont toutes ces tonalités intermédiaires qui vont s’exprimer dans la courbe de reproduction des tons.

Fig.1. A part les matériels d’acquisition qui enregistrent en gamma 1, les périphériques de reproduction des images déforment les valeurs d’entrée pour fournir une présentation qui augmente le contraste de l’image. Mais c’est une très bonne nouvelle, car généralement la courbe de reproduction des tons apporte une restitution proche de la vision humaine.

La reproduction de ces tons intermédiaires ne sont pas toujours conforme aux valeurs d’entrée et les valeurs de sortie sont prédictibles grâce à une courbe de reproduction des tons. La plupart des appareils analogiques répondent à cette modélisation : l’image de sortie est globalement plus sombre que l’image d’origine à cause de ce gain qui affecte davantage les tons moyens. Selon les professions, cette courbe de reproduction des tons porte un nom qui lui est propre : l’engraissement du point de trame pour l’imprimerie (et l’imprimante couleur), le gamma pour les écrans vidéo, ou encore la courbe de contraste (appelée aussi gamma) pour les développements photo argentiques, etc. Dans tous les cas ces courbes se ressemblent plus ou moins et il est même possible de les comparer.

Il y a quelques exceptions comme les scanners ou les appareils photo numériques dont la courbe de reproduction des tons (leur gamma) n’est pas une courbe, mais une droite, car ces systèmes enregistrent des valeurs numérique linéaire. On conserve alors le terme gamma par analogie au reste de la chaîne graphique, mais on le qualifie de gamma linéaire.

La courbe de reproduction tonale si elle n’est pas satisfaisante, peut-être corrigée manuellement très facilement. En photographie numérique, on utilise l’outil courbes de Photoshop.